Se payer soi-même, en premier

Bonjour, vous écoutez La Finance Personnelle avec Charles et je vous parle aujourd’hui de Se payer soi-même, en premier.

Cet épisode est peu plus long que d’habitude, je vous invite très vivement à l’écouter en entier puis à en appliquer le contenu dans votre vie quotidienne aussi tôt que possible.

Je vais commencer par un petit exemple simple et pratique.

En guise de résolution, de Bonne Année par exemple, on se dit souvent « allez, c’est décidé, je me mets au sport, à moi la minceur, les abdos et la bogossitude » (enfin je dis ça car je suis un homme) bref vous saisissez le propos.

Alors vous courez au magasin de sport, vous achetez le matériel – le « matos » pour les habitués de la fonte – voire vous courez vous abonner à la salle de sport la plus proche.

Le lendemain, sortie du boulot et du métro, à vous les biscottos, vous y allez à fond super déterminé à ressembler à Anne Hathaway sur sa moto ou à Frank Grillo dans son auto.

Les jours passent, puis vous ratez une séance, vous êtes fatigué, vous êtes en retard, vous avez une course à faire, vous avez oublié un enfant à la sortie de l’école ouppsss, bref c’est trop, trop tôt.

Alors vous levez le pied, ce ne seront plus que deux séances par semaine plutôt que dix puis cinq puis quatre. Vous avez plutôt raison, baisser le régime si cela peut vous aider à persévérer est une bonne idée.

Sauf que le quotidien reprend le dessus, faire des abdos après le boulot, c’est pas jojo. Quelques semaines se passent et bientôt un avis de recherche vous concernant est placardé par vos désormais ex-anciens amis culturistes du club de sport. Vous êtes portés disparu et le FBI ne vous cherche d’ailleurs même pas.

En clair, votre bonne résolution est tombée dans l’oblivion. Vous avez été trop vite, trop fort, vous avez été « too fast, too furious » disent les jeunes de ma génération, comme vous.

Et bien, cet exemple un peu sarcastique mais ô combien réel, accusés levez-vous ! J, s’applique parfaitement à la gestion de votre argent et de votre épargne.

Trop souvent, quand on veut enfin prendre ses finances en mains, on se donne des objectifs très ambitieux, on trace des courbes de croissance qui font rêver, on se fixe un budget à épargner chaque fin de mois.

Votre motivation a beau être authentique, elle ne suffira pourtant pas. Pourquoi ? Parce que votre approche est erronée. Je vous propose donc deux principes fondamentaux pour facilement y remédier :

Payez-vous vous-même, et en premier !

Je répète, Payez-vous vous-même, et en premier !

Je n’invente rien, de nombreux auteurs ou investisseurs plaident de même et je vous reparlerai d’eux dans de futurs épisodes.

Premier principe : Payez-vous vous-même consiste à fournir l’effort, de façon régulière et sans interruption, de mettre de côté – chaque semaine, chaque mois ou chaque trimestre – une somme d’un montant minimum avec l’objectif de l’augmenter dans le temps.

Cette somme, vous n’allez pas la conserver pour futurement la dépenser en consommation courante ou en loisir, vous allez l’investir à long terme c’est-à-dire avec un horizon de temps de minimum 10 ans.

Deuxième principe : Payez-vous en premier consiste à tout faire pour éviter la fatigue et la lassitude et donc à instaurer une certaine discipline en épargnant puis en investissant ladite somme avant toute autre dépense.

Ainsi, selon la fréquence vous aurez choisie – plus c’est court plus c’est indolore et donc plus facile à respecter – vous enverrez cet argent ailleurs afin d’être sûr de ne pouvoir vous en servir pour les 29 prochains jours du mois si la période que vous avez choisie est par mois.

Petit exemple, vous gagnez 2.300 euros net par mois. Vous recevez votre salaire sur votre compte courant le 5 de chaque mois. Le 5 ou le 6 de chaque mois, vous envoyez la somme définie, disons 10%, soit 230 euros vers votre livret d’épargne ou vers votre compte-titres d’investissement – un PEA par exemple. Et pour tout le reste du mois, vous disposerez de 2.300 euros moins 230 euros soit 2.070 euros.

Vous vivrez donc avec 2.070 euros d’office tandis que chaque mois vous aurez mis de côté puis investi 230 euros que vous ne serez donc plus tenté de dépenser car vous vous serez payé vous-même en premier c’est-à-dire avant toute autre dépense.

Certains d’entre vous me diront que 10% des revenus, c’est trop. Je vous répondrai par expérience vécue que non et qu’on trouve vite des solutions pour pallier cette baisse volontaire d’argent disponible, mais si c’est trop alors commencez avec moins, disons 5% puis montez en puissance petit à petit.

Retenez donc que parce que nous sommes tous faillibles, existe ce fossé naturel entre les ambitions que nous avons et ce que réellement nous accomplissons. Non pas que nous manquions de détermination mais le quotidien est ainsi fait que le tourbillon de la vie envoie souvent nos résolutions vers le fond.

Retenez donc ce premier principe, dont je vous assure qu’il est redoutablement efficace, à savoir vous payer vous-même – vous investissez pour vous et pour votre avenir – et en premier – c’est-à-dire avant toute autre dépense.

Commencez dès maintenant à appliquer ce double principe, je vous dirai que faire d’autre et comment pour progresser vers la sérénité financière dans d’autres épisodes.

Et comme moi, après quelque temps, vous arriverez à faire cet effort mais aussi le sport, il s’agit d’être organisé conformément à ce que l’on est vraiment plutôt qu’à ce que l’on rêve d’être. Il convient d’être plus réaliste et moins idéaliste. Vous réussirez, j’en suis sûr !

Maintenant que vous savez qu’avoir l’habitude de mettre de côté avant de dépenser est indispensable pour prospérer, retrouvez-moi très bientôt pour un nouvel épisode.

Abonnez-vous dès maintenant avec votre logiciel ou application préférée et surtout, soutenez cette initiative en likant et en partageant autour de vous.

Vous pouvez désormais vous abonner à ce podcast via Youtube, Spotify, Deezer ou encore Amazon Music.

Retrouvez aussi plus d’informations et de contenus inédits sur mon site charlesrault.fr

Merci de votre confiance et à très bientôt !

Laisser un commentaire